L’origine

De formes très variées, le minaret rythme de sa hauteur, cinq fois par jour depuis des siècles, le quotidien musulman. Mais qu’elle est l’origine de ses formes aussi diverses que les peuples qui les ont bâtis ?

A l’instar de la maison du Prophète Mahomet (570-632) à La Mecque qui servit de modèle, les mosquées étaient carrées, dotées d’une grande cour intérieure où se succédaient deux portiques faisant office de salle de prières et dépourvues de minaret.

Ainsi naquit, pour le besoin de la salât, la prière musulmane, second pilier de l’Islam, ce type de mosquées à cour qui dominera durablement le monde arabo-musulman.

La mosquée Masjid Quba, bâtie à Médine juste après l’exil du Prophète et de ses compagnons en 622, est considérée comme la première mosquée de l’Islam. On appelle cet exil l’Hégire.

L’Hégire

L’Hégire est un terme arabe signifiant migration, il symbolise le départ du Prophète à l’oasis de Yathrib, actuelle Médine, avec 70 de ses compagnons.

L’origine de cet exil est controversée, selon le Coran c’est sur l’ordre de Dieu que le Prophète quitte La Mecque. Pour d’autres, rejeté par les mecquois, il aurait été contraint de quitter la ville pour Médine où il avait été appelé par les habitants pour trancher un conflit.

Faisant cela, Mahomet rompt un modèle sociétal clanique basé sur les liens du sang en proposant une communauté de croyance dans laquelle tous sont censés être frères, esclaves ou hommes libres, arabes ou non.

L’égalité entre croyants étant proclamée, les puissants clans mecquois vont tout mettre en œuvre pour contrer ce modèle qui sape leur pouvoir. Pourtant, célébrant l’importance de l’événement, le calendrier musulman démarre au premier jour de l’année lunaire où l’Hégire a eu lieu, soit le 16 juillet 622.

Manara, le phare en arabe, le minaret

Les mosquées furent construites en dehors de la péninsule arabique au fil de l’avancée de l’Islam. Toutefois, elles restaient dans cet Islam naissant, dépourvues de minaret.

C’est sous les Omeyyades, au VIIIème en Syrie que les premiers furent conçus. L’architecture carrée du minaret de la Grande Mosquée de Damas, édifiée à partir de 706, sera déterminante pour tout le Maghreb.

Elle fut conçue, durant le règne du calife omeyyade Al Walid 1er, dans la ville alors romaine de Damas, sur le site de l’ancienne église Saint Jean le Baptiste, elle-même édifiée sur un ancien temple romain dédié à Jupiter.

Bâtie sur cet endroit justement considéré comme très saint, son minaret prendra l’appellation de Minaret Issa, en hommage aux chrétiens qui hébergèrent dans leurs églises les premiers musulmans arabes pour leurs dévotions.

Minarets au Maghreb

Oqba Ibn Nafi, général musulman arabe, s’inspirera des mosquées omeyyades de Syrie pour bâtir celle de Kairouan, en Tunisie, dans la fin du VIIe siècle lorsqu’il conquiert le Maghreb. Chef d’œuvre architectural, elle est considérée comme l’ancêtre et le modèle de toutes celles qui la suivirent dans le Maghreb et Al Andalus.

De Kairouan à Marrakech avec la Koutoubia, de la Tour Hassan de Rabat à la Giralda de Séville, pour ne mentionner que les plus célèbres, les minarets maghrébins s’intégreront formidablement dans des paysages locaux très variés de plaines et de montagnes, de déserts et d’oasis. Ces minarets prirent des formes variées, l’art islamique s’inspirant des constructions et des matériaux locaux.

Les modèles du phare d’Alexandrie et des tours carrées paléochrétiennes de Syrie servirent de modèle au pourtour sud méditerranéen jusqu’en Andalousie.

Dans l’orient musulman, ce sont les tours de vigie de forme circulaire d’Asie Centrale qui inspirèrent les conquérants seldjoukides au XIème siècle.

En Extrême-Orient, la structure des lieux de cultes locaux donnèrent des airs de pagodes et de temples exotiques à certaines de ces mosquées d’un genre nouveau. Quant à l’Afrique subsaharienne, ils y sont d’une étonnante et magnifique variété architecturale.

La naissance de l’adhân : l’appel

Durant cette première année de l’hégire, 622, décision fut prise de trouver un moyen, l’adhân, d’appeler les fidèles à la prière.
Pensant aux usages en vigueur à l’époque, cloche à la manière des chrétiens, usage du cor chez les juifs, ils optèrent finalement pour la proposition d’Abd Allâh Ibn Zayd : la voix.

Pour la magnificence de sa voix, Bilal Ibn Rabah, un des premiers compagnons, ancien esclave, fut choisi par Mahomet pour lancer le premier adhân.

Afin qu’il porte le plus loin possible, le toit de la mosquée fut naturellement choisi. Cet appel fut tellement émouvant, que Bilal sera définitivement chargé de ce privilège, devenant le premier muezzin de l’Islam sous le nom de Bilal Al-Habashi.

La salat se pratiquait alors en direction d’Al Aqsa, à Jérusalem, seul centre religieux reconnu par tous à l’époque.

Qibla, le sud, direction de La Mecque

S’ensuivit des conflits cultuels avec les juifs médinois et une vision du Prophète, qui firent que les prières se tournèrent définitivement en direction de la Mecque et la Ka’aba, premier lieu Saint de l’Islam, marquant ainsi l’arabisation de celui-ci.

Allié aux omeyyades et aux hachémites, Mahomet revint victorieux dans La Mecque en 630, et c’est tout naturellement que Bilal fut chargé par le Prophète du premier adhân que connut la ville du haut de la Ka’aba, lieu Saint qu’Abraham avait reconstruit après le Déluge avec son fils aîné Ismaël.

Adhân inchangé

Pratique perdurant depuis le premier adhân à Médine, la voix humaine est toujours fédératrice de l’Islam.
Même si l’appel diffère quelque peu selon les différents rites, et, malgré l’utilisation de haut-parleurs, cet appel simple est resté inchangé depuis Sidna Bilal.

De ces phares minarets, des pagodes extrême-orientales aux minarets cylindriques du Moyen-Orient ; de ceux, carrés, du Maghreb à ces étonnants minarets subsahariens et africains, jaillit toujours :

« Dieu est grand / J’atteste qu’il n’y a d’autre divinité qu’Allah / J’atteste que Muhammad est son Prophète / Viens à la prière / Viens à la félicité / Dieu est grand / Il n’y a de Dieu que Dieu » …


Activités et loisirs au Maroc

[Activités, transferts et loisirs au Maroc]


Où séjourner

  • Ksar el Khorbat

    Ksar el Khorbat

    Tinejdad, à partir de 43 €
    Y venir, c’est vivre l’expérience de la vie d’un ksar avec tout le confort. Chambres climatisées avec SDB, piscine …
    Lire la suite

+ D'Hébergements à Tinejdad

A voir

Circuits désert

Circuits déserts du Maroc

Sélection de randonnées dans les déserts du Maroc avec Terres d’Aventure…
Lire la suite

Circuit Marmara

Circuit Marmara : Marrakech, vallées et désert du sud en 4×4 – 8 Jours

A Partir de 519 € – Avion compris.
Lire la suite

Ksar Goulmima et oasis du Rhéris

ksar de Goulmima et l’oasis du Gheris

Visitez le ksar de Goulmima et l’atmosphère qui y règne
Lire la suite

Sources Lalla Mimouna

Source Lalla Mimouna

A l’entrée de Tinejdad, ce musée en plein air présente la vie nomade de l’Atlas, du désert et de la région…
Lire la suite

Puits de khettara

Khettaras, sources d’oasis

Cette technique aurait vu le jour en Perse…
Lire la suite

Kasbah du sud marocain

Kasbah, architecture du sud marocain

La kasbah est un ensemble fortifié, bâtie de pisé
Lire la suite

Tous les articles
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.